Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 20:58

NOELLE-NOEL-2009-A-cadre--800x600-.jpg

La malle magique

 

Quand Noëlle arriva à la maison pour Noël 2009, elle nous expliqua qu’elle n’avait jamais vu un grenier et encore moins une cave.

Toutes le petites qui avaient connus l’un où l’autre se mirent a frissonner.

 

Assises en tailleur, nous écoutions toutes attentivement Noëlle. Je la laisse d’ailleurs continuer son histoire.

 

Tout d’abord je dois dire un grand merci à Monique, car sans elle je ne serais pas parmi vous.

Je dois avouer aussi que mon vœu le plus cher est ainsi exaucé, car je suis de nouveau avec toutes mes sœurs.

Pourtant il faut que je vous dise que ces dernières années je n’ai pas été si malheureuse. Par rapport à certaine d’entre vous, je n’ai jamais eu froid. Le pire fût le manque d’amour d’une petite maman.

 

Mais je vais commencer par le début. Ma vie a commencé le jour ou le Père Noël est venu me chercher avec plusieurs de mes sœurs.

L’endroit où je fus transportée était joyeux et coloré. Il y avait tout pleins de jouets et des lutins joyeux emballaient toutes les boites dans des papiers multicolores.

Il y avait de la musique et les lutins reprenaient en chœurs les refrains, je ne pus d’ailleurs m’empêcher de fredonner doucement avec eux tout en tapant du pied.

Il ne fallait plus bouger, car maintenant s’était mon tour d’être entourée de beau papier.  Je regarde vos têtes et vous semblez terrifiées ne vous inquiétez pas, je n’avais pas peur car je savais que rien de mal ne pouvait m’arriver.

 

D’ailleurs avant de fermer complètement la boite le petit lutin m’envoya un bisou de la main.

Dans le noir je finis malgré la curiosité par m’endormir.

Je fus réveillée par les cris aigus d’une petite fille, avec beaucoup d’énergie elle arracha le beau papier. A ma vue elle s’arrêta net et me regarda attentivement dans les yeux. Je souriais mais je ne savais vraiment pas quoi penser.

Avec difficulté elle réussit à ôter le couvercle de ma boite et continua à m’observer. Malgré mes sourires engageants je ne pouvais que constater que j’intimidais fortement la petite demoiselle.

Heureusement ce tête à tête intimidant fût interrompu par une voix forte et grave. Et je vis un grand monsieur qui lui proposa de m’enlever de la boite. Elle tendit la boite et oh merveille j’entendis sa jolie petite voix dire au monsieur ;

- « Fait attention papa, ne lui fait pas mal »

Il rassura la petite par son prénom, comme son prénom était doux, elle s’appelait Marie.

Délicatement il me posa sur ses genoux et retira les cordons qui enserraient mes chevilles et mon cou, et hop il me tendit à la petite Marie qui me serra très fort dans ses bras. Elle a même dit a son papa que je sentais très, très bon.

 

Pendant plusieurs mois je fus son unique amie et sa confidente, mais un matin je ne sais pour qu’elle raison près de son bol du petit déjeuné il y avait une grande boite avec du beau papier. En voyant la boite et le papier j’eu un pincement au cœur, comme un mauvais pressentiment.

Quand elle déchira le papier et que la boite fut ouverte je vis une superbe grande poupée toute fine, avec un bouton dans le dos. Je sus rapidement que grâce à lui Marie pouvait raccourcir ou allonger ses cheveux. Elle avait même les jambes qui se pliaient et pour le comble de mon malheur elle avait aussi tous pleins de belles tenues.

Je devais reconnaître qu’elle était jolie cette poupée avec ses longs cheveux bruns et ses yeux verts. Elle avait trop d’chance elle avait même des meubles que pour elle.

 

Dès ce moment Marie n’eut d’yeux que pour elle. Ma rivale me laissa un goût amère et je sus que je garderais gravé en mémoire son prénom "Cathie".

J’ai fermé les yeux et je me suis dis -" Tu fais un cauchemar cette poupée toute mince ne peut pas exister, quand tu ré ouvriras les yeux elle aura disparu" et bien il n’en fut rien et à cause d’elle j’étais malheureuse abandonnée par ma ptite maman toute la journée dans un coin de sa chambre.

Et ce qui devait arriver arriva, un matin alors que sa maman était en train de ranger sa chambre. Elle me vit là dans mon coin toute seule, elle me ramassa tout en se dirigeant dans la salle à manger ou ma petite Marie jouait avec sa grande et maigrichonne Cathie. J’étais tellement concentrée sur cette grande perche que je n’ai pas entendu la question mais seulement la réponse de Marie qui l’a donna sans même me regarder.

Et me revoilà dans la chambre, devant une grande malle. Quand la malle fut ouverte je compris par son contenu que je rejoignais tous les jouets qui n’intéressaient plus Marie, et je me demandais combien de temps Cathie mettrait pour me rejoindre.

Malgré ma colère mon cœur était gros de chagrin. Une fois la malle fermée je me retrouvais tout contre un gros nounours. Appuyée sur sa poitrine je pleurais à chaudes larmes. Après quelques minutes j’ai sentis sa patte sur ma tête il était trempé de mes larmes et d’une voix rauque il me dit :

- « cesse de pleurer mon ptit, tu verras nous nous occuperons bien de toi »

J’essayai de lui répondre mais mon chagrin était si grand que je n’arrêtais pas de hoqueter.

Une fois mes yeux habitués à cette obscurité je vis qu’il y avait avec nous un lapin, un poupon et un tout petit poupon habillé de rose. Il y avait aussi des dînettes, une toupie et une boite a musique.

Ce minuscule poupon rose allait devenir mon doudou.

Noëlle était en train de reprendre son souffle quand Lili rompit le silence par une question.

-«  Noëlle, Cathie n’est jamais venu vous rejoindre ? »

Non elle n’est jamais venue, mais je dois aussi vous dire qu’avec le temps j’avais fini par l’oublier.

- «  Tu es restée longtemps dans cette malle ? »

J’allais justement en parler Sophie, je ne pourrais le dire car je n’ai pas vu le temps passé. A l’intérieur de cette malle j’étais comme hors du temps.

Pourtant un jour, la malle s’ouvrit et je vis un visage qui me sembla familier. Il s’agissait d’une belle jeune femme.

 

Elle me saisit et me posa sur le bureau, et continua regarder dans la malle. Petit à petit mes yeux finirent par s’habituer à la lumière et cette pièce, j’étais dans l’ancienne chambre de Marie mais elle ne me rappelait pas grand-chose.

J’en avais un tout autre souvenir, comme quoi la mémoire peut vous jouer des tours.

Mais au moment où je tournais la tête je crus vivre un cauchemar.

Derrière mon dos sur le mur il y avait pleins d’étagères et sur ces étagères pas une mais au moins une cinquantaine de Cathie, toutes aussi fière les unes que les autres, en train de me narguer.

 

Une voix masculine me sortit de ma torpeur en demandant à Marie ce qu’elle faisait. Elle lui répondit qu’elle sortait de sa malle tous ses vieux jouets pour les vendre.

Je réalisais à ce moment que cette jolie jeune femme était ma petite maman, ma petite Marie.

 

Voilà maintenant vous savez comment Monique a pu m’adopter, pour m’emmener vers maman et vous.

Et pour conclure mon histoire, je dois dire que je suis super heureuse d’être avec vous et maman, et que je n’en veux absolument pas à Cathie.

 

Dès que Noëlle eut fini de narrer son histoire la fin de sa phrase fut couverte sous un tonnerre d’applaudissements.

Repost 0
Published by Swiffylyon - dans merveilleusesbella
commenter cet article
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 20:07

Une drôle de conversation

 

Hier au soir avant d'aller nous coucher maman nous a promis que demain matin si il ne fait pas trop froid, elle nous emmenerait faire une petite ballade le long du canal.

 

Mais voilà ce matin, impossible d'ouvrir le portail il est comme gelé. Donc nous, nous sommes amusées dans le jardin.

 

Maman, maman regarde même si la nature a encore son grand manteau blanc, les branches du sapin ont commencés à enlever leurs gants, et ils ont presque tous enlevés leurs bonnets.

Ta même pas vu ça, regarde l’herbe y a pleins de trous ou il n’y a pas de neige ? Pourquoi maman, pourquoi sa fait ça ? Marche pas dessus, j'vais faire une photo ! 

 

 DSCF2370 [800x600] 

 

Bonne question Manon, une petite main en l’air, ma petite Jo toute sérieuse moi je sais !!

 

Allez Jo ont t’écoutes !

 

Alors dans le terre il y a pleins de petites bêtes et elles ne voient pas se qui se passe au dessus de leurs têtes. Donc elles font des petits trous pour voir pendant que la neige est molle car si elles laissaient se durcirent  la couche de neige elles ne pourraient plus rien voir et le pire elles ne pourraient pas respirer.

 

Wahooooooooo Jo qu’est ce que t’es forte dit donc, mais l’oiseau là bas il est pas en train de manger une de ces ptite bête qui vient de sortir sa tête ?

 

Bien sûr que non, tu dis n’importe quoi peux tu m’expliquer pourquoi il viendrait manger son ami ?

Cet oiseau il mange que les graines et les boules de graisse qu’on leurs a donner, pfffffffff heureusement qu’il mange pas ses amis.

 

Sophie intervient :

Moi avec mes lunettes je peux vous dire que le petit ver et l’oiseau sont en train de discuter.

D’ailleurs comme l’oiseau vole haut il dit au petit ver que bientôt il y aura plus de neige car les arbres enlèvent petit a petit leur habit d’hiver, et il demande au petit ver si sous la terre il n’a pas trop froid ?

Le petit ver répond qu’il fait moins froid que dehors, et que les racines sont bonnes.

Le ver vient de rentrer se réchauffer dans le bec de l’oiseau car je ne le vois plus.

 

Ptite Monique est morte de rire ah ah ah il vient d’être mangé le petit ver, c’est sûr il doit être bien au chaud dans son estomac. Et regardé ce méchant oiseau il attend sagement que la femme du petit ver arrive pour la mettre bien au chaud aussi. A force de rire elle en a les larmes aux yeux mais elle lève la tête et se rend compte toute seul qu’elle a fait beaucoup de peine à ses sœurs.

 

-         Excusez moi j’ai été méchante, le ver est dans sa maison avec sa famille. J’rigolais quoi on n’a plus le droit de rigoler ?

 

Sophie tout en redressant ses lunettes :

-         Tu as de drôle de rigolade, moi j’aime pas rire sur sa ? hein maman qu’s’est pas bien ?

 

 Nous allons laissez Ptite Monique répondre ?

-         Même si c’est vrai je n’aurais pas dû rigoler ! pardonnez moi

T’a vu maman elle insiste elle dit qu’c’est vrai.

 

Me voilà dans une situation délicate. Je sais que mes petites ne sont pas prêtes à entendre la vérité, et je sais que Ptite Monique a raison.

 

Elle vient elle-même à mon secours :

-         J’ai dis que j’avais raison, car j’aime bien avoir raison mais j’ai dis n’importe quoi pour vous faire rigoler.

 

Avant que la polémique ne continue je mets vite fait fin à cette conversation.

 

Et je vois courir Sophie vers l’oiseau , qui s’envole à son approche, elle revient vers nous toute fière.

 

-         J’l’ai fait partir on n’sait jamais il attendait peut être la maman ver.  Applaudissement général.

 

Attend maman avant de rentrer je veux prendre une photo. Qui veut être mon modèle ? Isa se porte volontaire. Promis que tu ne râleras pas si  je te coupe la tête, car j'ai de gros doigts avec les gants, et le bouton est tout petit. Manon arrête de faire ta pipelette Isa va se transformer en statue de glace.

 

J [800x600] 

  J'lui ai pas coupé la tête. Bonne journée à tous et gros bisous Manon

Repost 0
Published by Swiffylyon - dans merveilleusesbella
commenter cet article
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 17:18
Voici un petit gâteau très facile a faire pour la Saint Valentin.
Il peut s'accompagner d'une sauce au chocolat, pourquoi pas d'une glace à la vanille où tout simplement avec une crème fouettée :o)
 
Avant de servir à votre amoureux, coupez le en forme de coeur :o)
Si comme moi vous n'avez pas les moules coeurs allant au four.

Repost 0
Published by Swiffylyon - dans merveilleusesbella
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 16:38

Voilà les poupées dont nous avons parlé cet après midi. Bonne fin de journée. Sylvie

CHOUCKY--800x600-.JPG

 

 

 

BELLA-SHAMPOING-TETE-C--800x600-.JPGBELLA-SHAMPOING-48CM--800x600-.JPG

ALISSON ET NOELLE debout encadrée [800x600]

Repost 0
Published by Swiffylyon - dans merveilleusesbella
commenter cet article
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 08:59

Première neige 2012

La nuit étant tombée, Gaya dort sereinement dans sa panière.

Elle ne sait pas que dehors, silencieusement,  des lutins prépares pour son réveil, un paysage féerique.

Voici un diapo-rama pour le plaisir des yeux.

1/ Isa accompagnant sa maîtresse Clara à la boulangerie.

2/ Isa se promenant seule dans le jardin, pour prendre de belles photos

Repost 0
Published by Swiffylyon - dans merveilleusesbella
commenter cet article
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 09:17

J’étais dans la salle à manger avec mes demoiselles qui étaient sagement assise en train de faire leurs devoirs, quand un bruit attira mon attention.

Je ne suis pas la seule à l’avoir entendu car Suzon lève à sont tour la tête.

-         Maman s’est quoi tout ce bruit ?

Sans attendre ma réponse et sans prendre soin de mettre leurs manteaux les voilàs toutes dehors sur le balcon en train de regarder le ciel.

Des milliers d’oiseaux virevoltaient dans tous les sens dans un bruit assourdissant.

-         Maman, maman ils vont où tous ces oiseaux ?

Rentrez maintenant au chaud et dès que vous aurez fini vos devoirs, je vous raconterais l’histoire des oiseaux migrateurs.

 

Ce soir là les devoirs se sont fait comme par miracle à une rapidité éclair.

 

Je vais maintenant vous raconter l’histoire de ces jolis petits oiseaux qui habitent dans les arbres du jardin.

 

Vous souvenez-vous de celui que nous avions trouvé devant la porte du balcon ? Le petit qui était tombé du nid et qui était frigorifié ?

 

PIOUPIOU--800x600-.JPG

 

-         Oui maman je me souviens il avait dormi à la maison et le lendemain matin comme il avait reprit des forces il avait pu rejoindre son papa et sa maman.

Et bien ce petit oiseau à grandit et à son tour il a trouvé une femelle oiseau qui est devenue sa femme et la maman de ses enfants.

 

Petite main qui se lève

-         Oui Manon je t’écoute

-         Maman pourquoi tu nous parles de cet oiseau ?

-         Je vous parle de cet oiseau pour vous faire comprendre pourquoi en hiver il n’est plus dans sa maison dans l’arbre du jardin. Pour que vous ne soyez pas inquiète en le cherchant de partout. Car il fait partit des oiseaux qui partent quand le froid s’abat sur nos villages.

-         Maman comment savent t’ils que là ou ils vont aller il y aura du soleil ?

-         Et bien mes petites puces ils le savent comme nous savons des choses que nous n’avons jamais vécus, mais que nos grands-mères et grands-pères nous ont racontés. Voilà pourquoi il est important de toujours écouter les grandes personnes.

-         Moi j’aime bien écouter les grands

-         Moi aussi, moi aussi…..

-         Calmez vous je sais que lorsque qu’Aimée vous raconte des histoires vous êtes sages comme des images.

Manon intervient elle est impatiente.

-         Oui c’est bon, laissez parler maman !

-         Bien je continue. Donc avant que le froid n’arrive. Dans un lieu resté secret et à la tombée du jour des milliers d’oiseaux se réunissent, pour connaître le jour et l’heure que les anciens ont choisit pour le grand voyage vers le soleil. Et tous les oiseaux que vous avez entendus tout à l’heure allaient au rendez-vous secret.

Loly éclate de rire.

-         Maman excuses moi de te dire qu’avec autant de raffût leur rendez vous ne restera pas secret longtemps. Eclat de rire général.

Je n’ai pas besoin d’ouvrir la bouche, un simple regard suffira pour calmer mon joli petit monde.

Maintenant vous allez toutes faire dodo et demain matin après le petit déjeuné nous irons faire un tour dans le jardin voir si les oiseaux sont encore là ou s'ils sont partit. S'ils sont partit alors il faudra s’attendre à ce qu’il fasse très, très froid. Allez zou tout le monde au dodo, je viens vous faire un bisou dans 5 minutes.

Faites de beaux rêves mes petits anges et a demain.

Petite voix endormie

-         Toi aussi maman à demain.

-         A demain ma puce.

 

Dès mon réveil je vis qu’il y avait une luminosité pas coutumière en cette saison qui passait entre les fentes du volet de ma chambre. Je poussais donc le volet pour voir face à moi un paysage silencieux et immaculé.

 

A pas de velours, je me dirigeais dans la chambre des petites pour les réveiller tout doucement les unes derrières les autres.

-         Maman pourquoi tu nous réveilles alors qu’il fait encore nuit ?

-         Il ne fait pas nuit, mais je n’ai pas encore ouvert les volets, car il y a une surprise.

-         Au mot, surprise elles sont toutes complètement réveillées.

-         Passez à la salle de bain, habillez vous chaudement et je vous montrerais après le petit déjeuné la surprise.

Au moment où je m’apprête à sortir de la chambre je surprends Loly  en train de rapprocher une chaise de la fenêtre. Je m’approche doucement et lui demande d’une grosse voix qui la fait sursauter si elle a besoin d’aide ?

Penaude elle me répond

-         Non maman, pardon je sais que l’on ne doit pas monter sur les chaises et en plus devant une fenêtre c’est pire encore. Mais comme la fenêtre et les volets sont fermés c’est comme si j’étais devant un mur ? hein maman que j’ai fais qu’une bêtise ?

-         Tu sais très bien Loly que tu en as fait deux, alors cesse de te trouver des excuses, et dit moi plutôt ce que tu comptais faire debout sur cette chaise ?

-         J’voulais voir si la surprise s’était les oiseaux qui étaient revenus.

-         Et alors ?

-         Et bien j’sais pas t’es arrivée trop vite, j’ai pas eu le temps de regarder.

Je préfère tourner la tête, en lui demandant d’aller rejoindre ses sœurs dans la salle de bain et de vite se préparer car de voir sa mine déçue j’ai une irrésistible envie de rire.

 

Dans sa précipitation elle bouscule Sophie qui sortait tranquillement de la salle de bain. Tout en remettant ses lunettes sur son nez Sophie me regarde et dit :

-         Elle a quoi maman Loly ? Sans attendre ma réponse

-    Pfffffff j’suis sûre qu’elle essayait de tricher !

 

Allez assez perdu de temps je vous attends dans la cuisine dans 5 minutes.

J’ai à peine posé les bols de lait fumant que les voilàs toutes attablées.

-         C’est bizarre quand même maman de prendre le petit déjeuner les volets fermés !

-         Moi tout ces mystères sa ma coupé l’appétit, j’suis trop pressée de voir la surprise !

-         Et bien buvez toutes votre lait chaud, car vous savez toutes qu’il ne faut jamais sortir le matin à jeun !

-         Hihi j’risque pas de sortir vieille

Et voilà toutes ses sœurs mortes de rire, je dois avouer que je ne peux m’empêcher de rire avec elles.

-    Loly peux tu m’expliquer où tu trouves toutes tes bêtises ?

-    Ben j’sais pas maman s’est toi qui est drôle, si j’suis d’jeun j’peux sortir de la maison que d’jeun, sauf si un sortilège s’abat sur moi.

Alors là s’en est trop, nous voilà toutes parties en éclats de rire.

 

-         C’est bien ce que je disais et je le confirme tu es vraiment un drôle de numéro.

 

Tout en continuant à rire, nous voilà prêtes, je vois qu’il manque un bonnet.

-         Où est ton bonnet Raymonde ?

-         J’ai pas de bonnet et heureusement d’ailleurs car il va abîmer mes cheveux !

-         Voilà une nouveauté, il y a-t-il d’autres nouveautés ?

-         Ben moi reprend Loly j’veux pas mettre des gants ils endorment mes doigts !

-         Avez-vous d’autres réclamations à faire avant que nous sortions ?

La main sur la poignée de la porte, je jette un regard rapide autour de moi

-         Isa peux tu me dire où est ton écharpe ?

-         Elle gratte maman, j’lai donné à Gaya, j’aimerai bien comme toi une écharpe toute douce comme celle que Monique t’a tricoté !

-         En attendant remonte le col roulé de ton pull.

-         Ben moi aussi j’veux une écharpe de Monique avec un bonnet assortit.

-         Stop. Silence, pour l’instant nous sortons.

-         Mman, mman et si ont emmenait un sachet de brioches dans le cas où ??

-         Allez Marjorie va vite chercher les brioches.

-         Et bien dites donc nous en aurons mit du temps pour sortir ce matin. Fermez les yeux je vais ouvrir la porte.

-         Surprise

-         Super y’a d’la neige que c’est beau toute cette neige !

-         Pffff moi j’aime pas la neige, j’ai froid aux pieds, et j’vais glisser ! pffffffff s’est moche toutes l’herbes elles est d’ssous elles est mortes elles peut plus respirer, pfffff ont voit plus rien !

-         Ça y’est Suzon t’a fini de te plaindre ?

-         Pfff j’ai le nez gelé

-         Silence Suzon tes sœurs aimeraient bien écouter la nature plus que tes jérémiades.

-         Voui maman pardon, mais je te le dis encore elle n’est pas belle ta surprise, j’aime pas cette surprise.

-         Bon maintenant silence, tient met cette cagoule.

 

04012010--1024x768-.JPG

 

Nous, nous sommes toutes tenues les unes près des autres silencieusement. Il n’y avait aucun bruit, et soudain quelques choses qui bouge derrière la barrière.

-         Maman, maman regarde eux ce ne sont pas des oiseaux voyageurs

Je me tourne vers Isa

-         Ben eux ils sont restés avec nous

-         S’est normal Isa car elles se sont des poules !

-         Moi je sais pourquoi elles ne sont pas parties en voyage.

-         C’est bien Loly explique nous

Toute fière et toute droite avec son petit air sérieux. Loly racle sa gorge et commence.

-         Les poules ne partent jamais car les poules ne sont pas des oiseaux de voyage, mais des oiseaux qui fabriquent des œufs. Leurs métiers est fabriqueuses d’œufs.

 

Et toutes ses sœurs applaudissent sauf Isa

-         Loly tu dis n’importes quoi. Si la poule est une fabriqueuse d’œufs, pourquoi l’oie et la dinde du voisin sont encore là ?

-         Ben tu sais bien l’oie est une fabriqueuse de foie gras et tout le monde te diras qu’il n’y a pas de Noël sans dinde. Alors heureusement que la dinde ne part pas en voyage car alors le Père Noël ne pourrait pas passer.

Nouveaux applaudissement qui rendent Loly encore plus fière.

 

Après toutes ces explications nous avons pu nous rendre à l’évidence qu’il ne restait pas beaucoup d’oiseaux autour de nous. Quelqu’un a-t-il quelques choses à rajouter ?

-         Voui maman j’mangerais bien de la brioche maintenant.

Distribution de brioche, que nous avons manger tout en marchant dans la neige. Nous marchions depuis une dizaine de minutes quand j’entends Loly dire :

-         Stop maman il faut faire demi tour, j’ai plus de brioche.

Nous l’avons toutes regardée étonnée, et j’ai compris que la petite avait fait des petites miettes pour marquer son chemin.

 

-         Ben quoi pas la peine de me regarder comme ça, comment vous pouvez vous retrouvez on reconnaît plus rien avec toute cette neige. Ses sœurs ont levées les yeux au ciel.

 

Nous avons fait demi tour et sommes rentrées au chaud. Quelle matinée.

Nous avons mis nos pantoufles, rangées nos manteaux pendant que maman nous préparait pour nous réchauffer un bon chocolat chaud.

Une fois assise devant nos bols maman nous a demandé le silence, et comme elle semblait sérieuse nous nous sommes immédiatement tues.

 

Quand vous aurez fini votre bol nous irons dans la salle à manger, pour faire un travail manuel. Je ne veux aucunes agitations car ce que nous allons faire est d’une extrême importance.

-         Maman j’ai terminé je peux y aller maintenant ?

-         Non Suzon nous irons toutes en même temps dans la salle à manger.

-         J’espère que ce sera une vraie surprise, car tout à l’heure j’ai pas aimé

-         Suzon stop tu ne vas tout de même pas radoter la même chose toute la journée ?

Penaude Suzon a compris elle baisse les yeux.

Bon maintenant allons toutes dans la salle à manger et asseyez vous doucement.

-         Qu’avez-vous face à vous ?

-         Des bols de graines, des serviettes et dans le saladier un truc blanc bizarre.

-         Prenez chacune un bol de graines et je vais mettre dedans le truc bizarre qui est en réalité du saindoux. Je vous explique nous allons faire des boules de saindoux avec des graines dedans.

-         Maman à quoi sa va servir ?

-         Voilà une très bonne question Marjorie. Une d’entre vous saurais t’elle répondre ? Pourquoi fais tu cette tête Noëlle ?

-         Et bien maman j’ai voulu goûté un peu de blanc et bien c’est pas bon on dirait de l’huile.

-         Moi j’veux pas goûter j’donne ma langue au chat.

-         Ce sont des boules de nourriture pour les oiseaux qui ne sont pas partit, avec ce froid il ne trouve pas beaucoup de chose à manger et cela leurs permettra de se protéger du froid.

-         Wahoo s’est super mais ensuite ont va les poser où toutes ces boules ?

-         Nous les poserons sur les rebords des fenêtres et dans les deux petites mangeoires que voici, que nous fixerons sur la branche d’un arbre.

-         Elle est superbe cette idée.

 

Voilà toutes mes petites silencieuses occupées. Une petite voix rompt le silence.

-         Maman j’aime bien cette surprise, elle est mieux que celle de ce ………..

La phrase de Suzon ne sera pas terminée, sous le regard mécontent de ses sœurs Suzon reprend silencieusement son activité.

Repost 0
Published by Swiffylyon - dans merveilleusesbella
commenter cet article
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 18:45

 

 

 

JADE-BONNE-ANNEE-2012-blog.jpg

 

                   Gros bisous à tous Sylvie

Repost 0
Published by Swiffylyon - dans merveilleusesbella
commenter cet article
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 16:05

Ce matin alors que nous étions toutes assises devant nos tartines de pain beurrés et nos bols de chocolat chaud, maman nous annonça que dès le petit déjeuné terminé, nous irions directement dans la forêt pour aller voir une plantation de sapins de Noël.

 

Chaudement emmitouflées, nous nous tenons par la main deux par deux les unes derrière les autres. Et d’un pas décidé nous voilà partit en direction de la forêt.

 

Mauricette a emmené sont stéthoscope et n’arrête pas d’écouter le cœur des arbres. Elle est marrante avec son jouet, elle se prend vraiment au sérieux, il ne lui manque plus que sa petite blouse blanche d’infirmière.

Mademoiselle râle,

-« chutttttttt arrêté de parler je n’arrive pas à entendre le cœur de celui-ci ? »

Sophie regard et rie à s’en rouler par terre.

Tout le monde s’arrête pour regarder ce qui se passe.

-« Maman Mauricette elle entend pas le cœur de celui-ci, et de son pied elle fait bouger la branche, qui gît à même le sol »

Offensée Mauricette regarde Sophie

–«Et sa te fait rire qu’un arbre est perdu un bras »

 

Alors là s’en est trop tout le monde se met à rire, au grand désespoir de Mauricette, qui ne comprend pas autant de cruauté.

 

Et elle veut ramener ses sœurs à de meilleurs sentiments.

-« Je ne vous comprends pas, même toi maman tu dis qu’il ne faut pas se moquer des autres et là vous rigolez toutes pour un arbre qui a perdu un de ses bras »

Et nous voilà toutes reparties dans un éclat de rire général.

 

Vexée, tout en râlant Mauricette continue d’avancer.

-« pfffffffff n’importe quoi ».

 

Nous continuons à marcher laissant Mauricette a ses analyses sur l’état de santé des arbres de la forêt.

 

Et pour cesser tous les gloussements de moqueries, maman demande que nous chantions à tue tête, une chanson de Noël.

 

Après un certain temps, nous arrivons dans une jolie clairière.

 

Maman nous demande un peu de silence.

Nous voilà donc assises en tailleur, les unes près des autres afin de former un cercle.

 

Les yeux fermés nous nous concentrons sur les bruits de la nature.

Malgré le froid nous entendons quelques magnifiques chants d’oiseaux et le vent coquin qui s’amuse a faire chanter toutes les feuilles. La nature est bien vivante et heureuse de nous accueillir. Mais voilà qu'au loin un bruit abrutissant d’un engin électrique, vient rompre ce moment de sérénité.

Surprises nous nous sommes toutes levées et avons ouverts de grands yeux en regardant maman d’un air interrogateur ?

 

Nous n’avons pas eu le temps d’entendre sa réponse qu’un bruit sourd, fit trembler la terre sous nos pieds. Puis plus rien…

 

Nous tendons l’oreille, mais rien qu’un silence oppressant, je sens près de moi frémir Ptite Monique.

La nature est silencieuse.

Tous les oiseaux ont comme disparus.

 

Mauricette en profite

-«voilà ce que c’est de se moquer des arbres ! Ils sont tous en colère après nous maintenant ! »

 

-« Mauricette arrête de dire des sottises, tu fais peur à tes sœurs »

-« bien fait pour elles, elles n’avaient qu’a pas ce moquer tout à l’heure »

Et toute fière en nous regardant elle ajoute :

-« Faut pas avoir peur car ils savent que je l’ai aimes donc ils ne vous feront pas de mal, et celui là m’a dit qu’il n’avait aucunes rancuneries contre vous »

Maman l’a reprend

-« Aucunes rancunes, mais ou trouves tu tout ces mots »

-« ben on dit bien sucre et sucrerie alors pourquoi pas rancune et rancunerie ? »

 

Sur ce, prudemment nous nous avançons en direction du  bruit que nous avions entendu.

Arrivées sur les lieux nous ne pouvons que voir un arbre gigantesque couché à même le sol.

 

L’ambiance de la forêt a changé, les oiseaux sont tous muets et la forêt semble moins hospitalière que tout à l’heure et surtout je sens peser sur nous une immense tristesse.

Je suis certaine que cet arbre gisant à même le sol en est la cause.

 

Maman nous explique que cet arbre vient d’être abattu par des bûcherons. Qu’il avait peut être une maladie. Au même moment toutes les petites recul.

Maman nous rassure :

-«Ne vous inquiétez pas une maladie, contagieuse pour les autres arbres même très mauvaise pour lui, ne peut pas nous contaminer»

 

Heureusement d’ailleurs car Mauricette est là en train d’ausculter la souche pour voir si il reste chez cet arbre encore un peu de vie.

 

Maman nous demande de nous asseoir autour de la souche de l’arbre.

-«  Maintenant je vais vous apprendre à connaître l’âge qu’avait cet arbre ».

 

Toutes mes sœurs sont concentrées et compte comme maman leur a demandé les anneaux dessinés sur la souche de l’arbre.

 

J’observe Mauricette et je me rends compte qu’elle ne veut pas savoir l’âge de cet arbre.

 

J’arrive à ressentir ce qu’elle pense. Maman se retourne  me regarde et regarde Mauricette

 

Qui lui dit :

-« je n’ai pas envie de connaître l’âge de cet arbre ».

 

Maman me regarde, elle veut gronder Mauricette et je le sais, car  je reconnais cette tête là, elle n’est pas contente.

Mais elle s’interrompt en voyant la tête que fait Mauricette.

 

Les larmes aux yeux, les sanglots dans la voix elle dit :

-«  Moi j’trouve ça injuste, j’veux plus qu’on coupe des arbres, les hommes sont lâches ils les coupes alors qu’ils ne peuvent même pas se défendre et j’m’en fiche de l’âge qu’il avait celui-là, il était beau et fort c’était le roi de la forêt, et moi maintenant je veux être la défenceresse de tous les arbres !! »

 

Je ne reprends pas ce mot sortit tout droit de son imagination. Afin de l’apaiser je l’a prend dans mes bras en la berçant doucement.

 

Je ne puis m’empêcher de penser, « comment vais-je lui faire comprendre sans le heurter que les végétaux ne souffres pas ou en trouverais-je la preuve ? Et une étude sérieuse à t’elle été faite ? »

Personnellement, jusqu’à ce jour, je ne m’étais jamais posée cette question.

 

Voilà une promenade qui a apporté beaucoup d’émotion et de tristesse à ma petite Mauricette. 

 

Et par son comportement a soulevé une question que toutes les poupettes n’osent poser, mais que je peux lire dans leurs yeux.

-« Les arbres peuvent t’ils souffrir maman ? »

 

Je viens de prendre une décision qui me semble importante.

Je demande à mes puces de venir autour de moi. Sérieuses elles attendent. Et je leurs annonce que cette année, nous ferons un sapin de Noël artificiel.

 

Cette nouvelle est accueillit par des applaudissements enthousiasmes.

 

Milles bisous

Voici une photo de mes 4 soeurs prises au pied de notre sapin  

 

JOYEUX-NOEL-2011--800x600--copie-2.jpg

 

 

 

 

Repost 0
Published by Swiffylyon - dans merveilleusesbella
commenter cet article
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 14:44

En ce mois d'Octobre 2011 Prune et Belle ont vu le jour.

Mon choix s'est porté sur la jolie brunette aux yeux bleus, baptisée par ses créateurs Prune.

 

Prune - diaporama flash

 

 

Mes premières impressions.

Poupée de très belle facture aux détails méticuleux. L’implantation des cheveux est superbement bien faite. Les cheveux sont fournis.

Différences avec Cathie de Bella :

-     Leurs âges :o)

-         Elles sentent bon la vanille.

-         Le marquage sur la nuque

-         Les hanches sont plus arrondies ainsi que sa poitrine.

-         Les pieds sont de la même taille

-         Pas de système de mèche

-         Pas les yeux à virgules

-         Prune et Belle pèse chacune 582 grammes alors que Cathie de Bella avec jambes en mousse pèse 547 gramme.

-         Les genoux et les coudes sont joliments marqués

Dans le diaporama j'ai volontairement mis une tenue de Cathie à Prune. J'ai une préférence pour les poupées habillées en robe :o)

Je profite de mon blog pour encore féliciter l'audace d'un tel engagement. (Les collectionneuses sont parfois très exigeantes, je devrais même dire souvent lol)

J'espère que mes photos et mes explications vous aurons donné envie de posséder une de ces petites merveilles.

Bonne journée à tous, bientôt la petite Cristy viendra se présenter à vous

Gros bisous Sylvie

Repost 0
Published by Swiffylyon - dans merveilleusesbella
commenter cet article
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 11:01

Bonjour tous le monde :o)

 

Comme beaucoup d'entres vous le savent déjà, nous avons adopté le 13 Juillet de cette année une petite femelle caniche, née le 05 mai 2011.

Elle est rigolote car elle est champagne et blanche sur le bout des pattes et vers les yeux.

 

Voici pour vous la présenter une petite vidéo.

Repost 0
Published by Swiffylyon - dans merveilleusesbella
commenter cet article

Profil

  • Swiffylyon
  • Passionnées de poupées (surtout la petite en avatar). Je suis rêveuse.
J'aime écrire mais également lire. J'aime les enfans, les animaux, la mer la campagne, la photographie, l'informatique et la musique.
  • Passionnées de poupées (surtout la petite en avatar). Je suis rêveuse. J'aime écrire mais également lire. J'aime les enfans, les animaux, la mer la campagne, la photographie, l'informatique et la musique.