Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 20:58

NOELLE-NOEL-2009-A-cadre--800x600-.jpg

La malle magique

 

Quand Noëlle arriva à la maison pour Noël 2009, elle nous expliqua qu’elle n’avait jamais vu un grenier et encore moins une cave.

Toutes le petites qui avaient connus l’un où l’autre se mirent a frissonner.

 

Assises en tailleur, nous écoutions toutes attentivement Noëlle. Je la laisse d’ailleurs continuer son histoire.

 

Tout d’abord je dois dire un grand merci à Monique, car sans elle je ne serais pas parmi vous.

Je dois avouer aussi que mon vœu le plus cher est ainsi exaucé, car je suis de nouveau avec toutes mes sœurs.

Pourtant il faut que je vous dise que ces dernières années je n’ai pas été si malheureuse. Par rapport à certaine d’entre vous, je n’ai jamais eu froid. Le pire fût le manque d’amour d’une petite maman.

 

Mais je vais commencer par le début. Ma vie a commencé le jour ou le Père Noël est venu me chercher avec plusieurs de mes sœurs.

L’endroit où je fus transportée était joyeux et coloré. Il y avait tout pleins de jouets et des lutins joyeux emballaient toutes les boites dans des papiers multicolores.

Il y avait de la musique et les lutins reprenaient en chœurs les refrains, je ne pus d’ailleurs m’empêcher de fredonner doucement avec eux tout en tapant du pied.

Il ne fallait plus bouger, car maintenant s’était mon tour d’être entourée de beau papier.  Je regarde vos têtes et vous semblez terrifiées ne vous inquiétez pas, je n’avais pas peur car je savais que rien de mal ne pouvait m’arriver.

 

D’ailleurs avant de fermer complètement la boite le petit lutin m’envoya un bisou de la main.

Dans le noir je finis malgré la curiosité par m’endormir.

Je fus réveillée par les cris aigus d’une petite fille, avec beaucoup d’énergie elle arracha le beau papier. A ma vue elle s’arrêta net et me regarda attentivement dans les yeux. Je souriais mais je ne savais vraiment pas quoi penser.

Avec difficulté elle réussit à ôter le couvercle de ma boite et continua à m’observer. Malgré mes sourires engageants je ne pouvais que constater que j’intimidais fortement la petite demoiselle.

Heureusement ce tête à tête intimidant fût interrompu par une voix forte et grave. Et je vis un grand monsieur qui lui proposa de m’enlever de la boite. Elle tendit la boite et oh merveille j’entendis sa jolie petite voix dire au monsieur ;

- « Fait attention papa, ne lui fait pas mal »

Il rassura la petite par son prénom, comme son prénom était doux, elle s’appelait Marie.

Délicatement il me posa sur ses genoux et retira les cordons qui enserraient mes chevilles et mon cou, et hop il me tendit à la petite Marie qui me serra très fort dans ses bras. Elle a même dit a son papa que je sentais très, très bon.

 

Pendant plusieurs mois je fus son unique amie et sa confidente, mais un matin je ne sais pour qu’elle raison près de son bol du petit déjeuné il y avait une grande boite avec du beau papier. En voyant la boite et le papier j’eu un pincement au cœur, comme un mauvais pressentiment.

Quand elle déchira le papier et que la boite fut ouverte je vis une superbe grande poupée toute fine, avec un bouton dans le dos. Je sus rapidement que grâce à lui Marie pouvait raccourcir ou allonger ses cheveux. Elle avait même les jambes qui se pliaient et pour le comble de mon malheur elle avait aussi tous pleins de belles tenues.

Je devais reconnaître qu’elle était jolie cette poupée avec ses longs cheveux bruns et ses yeux verts. Elle avait trop d’chance elle avait même des meubles que pour elle.

 

Dès ce moment Marie n’eut d’yeux que pour elle. Ma rivale me laissa un goût amère et je sus que je garderais gravé en mémoire son prénom "Cathie".

J’ai fermé les yeux et je me suis dis -" Tu fais un cauchemar cette poupée toute mince ne peut pas exister, quand tu ré ouvriras les yeux elle aura disparu" et bien il n’en fut rien et à cause d’elle j’étais malheureuse abandonnée par ma ptite maman toute la journée dans un coin de sa chambre.

Et ce qui devait arriver arriva, un matin alors que sa maman était en train de ranger sa chambre. Elle me vit là dans mon coin toute seule, elle me ramassa tout en se dirigeant dans la salle à manger ou ma petite Marie jouait avec sa grande et maigrichonne Cathie. J’étais tellement concentrée sur cette grande perche que je n’ai pas entendu la question mais seulement la réponse de Marie qui l’a donna sans même me regarder.

Et me revoilà dans la chambre, devant une grande malle. Quand la malle fut ouverte je compris par son contenu que je rejoignais tous les jouets qui n’intéressaient plus Marie, et je me demandais combien de temps Cathie mettrait pour me rejoindre.

Malgré ma colère mon cœur était gros de chagrin. Une fois la malle fermée je me retrouvais tout contre un gros nounours. Appuyée sur sa poitrine je pleurais à chaudes larmes. Après quelques minutes j’ai sentis sa patte sur ma tête il était trempé de mes larmes et d’une voix rauque il me dit :

- « cesse de pleurer mon ptit, tu verras nous nous occuperons bien de toi »

J’essayai de lui répondre mais mon chagrin était si grand que je n’arrêtais pas de hoqueter.

Une fois mes yeux habitués à cette obscurité je vis qu’il y avait avec nous un lapin, un poupon et un tout petit poupon habillé de rose. Il y avait aussi des dînettes, une toupie et une boite a musique.

Ce minuscule poupon rose allait devenir mon doudou.

Noëlle était en train de reprendre son souffle quand Lili rompit le silence par une question.

-«  Noëlle, Cathie n’est jamais venu vous rejoindre ? »

Non elle n’est jamais venue, mais je dois aussi vous dire qu’avec le temps j’avais fini par l’oublier.

- «  Tu es restée longtemps dans cette malle ? »

J’allais justement en parler Sophie, je ne pourrais le dire car je n’ai pas vu le temps passé. A l’intérieur de cette malle j’étais comme hors du temps.

Pourtant un jour, la malle s’ouvrit et je vis un visage qui me sembla familier. Il s’agissait d’une belle jeune femme.

 

Elle me saisit et me posa sur le bureau, et continua regarder dans la malle. Petit à petit mes yeux finirent par s’habituer à la lumière et cette pièce, j’étais dans l’ancienne chambre de Marie mais elle ne me rappelait pas grand-chose.

J’en avais un tout autre souvenir, comme quoi la mémoire peut vous jouer des tours.

Mais au moment où je tournais la tête je crus vivre un cauchemar.

Derrière mon dos sur le mur il y avait pleins d’étagères et sur ces étagères pas une mais au moins une cinquantaine de Cathie, toutes aussi fière les unes que les autres, en train de me narguer.

 

Une voix masculine me sortit de ma torpeur en demandant à Marie ce qu’elle faisait. Elle lui répondit qu’elle sortait de sa malle tous ses vieux jouets pour les vendre.

Je réalisais à ce moment que cette jolie jeune femme était ma petite maman, ma petite Marie.

 

Voilà maintenant vous savez comment Monique a pu m’adopter, pour m’emmener vers maman et vous.

Et pour conclure mon histoire, je dois dire que je suis super heureuse d’être avec vous et maman, et que je n’en veux absolument pas à Cathie.

 

Dès que Noëlle eut fini de narrer son histoire la fin de sa phrase fut couverte sous un tonnerre d’applaudissements.

Partager cet article

Repost 0
Published by Swiffylyon - dans merveilleusesbella
commenter cet article

commentaires

Mireille 19/09/2012 21:12


Bonjour Swyfilon


J'aime beaucoup vos jolies histoires. Je les raconte à mes petits enfants! J'aime ce rêve de poupées, je suis dans mon élément! C'est ma passion, mon Paradis! Merci pour vos jolies
histoires qui divertissent! Amitiés Mireille (Belgique)

Swiffylyon 21/09/2012 20:22



Je suis heureuse que mes histoires vous plaises et qu'elles plaises à vos petits enfants. Amitiés Sylvie



RV 11/03/2012 12:03


Tres mignon comme histoire

Swiffylyon 11/03/2012 19:15



Merci Hervé Gros bisous et bonne soirée



monique 11/03/2012 11:18


Ton histoire est très belle, très émouvante, merveilleusement narrée, et, heureusement, elle finit très très bien, j'en suis ravie, et bravo à Monique pour ce joli sauvetage, puis bravo à toi
pour avoir adopté Noëlle et avoir pris soin d'elle... bisous

Swiffylyon 11/03/2012 11:40



Coucou Monique, Je dois avouer que je n'ai eu aucun effort à faire pour adopter cette petite :o) Passe un bon dimanche et bonne ballade avec Miss Bianca. Gros bisous Sylvie



Maryvonne 11/03/2012 09:45


Merci de continuer à nous amener dans ce monde de L'Enfance si Vrais et montre combien l'Amitié comporte de risque ! Mais tu sais terminer par l'Espoir dont ton coeur et toujours génereux !
Sylvie ta mission par tes écrit et de donner le Courage de continuer à y croire !...


Bisous et merci il y aurait des pages à écrire Merveilleuse Bella mais surtout Merveilleuse Sylvie

Swiffylyon 11/03/2012 11:38



Merci Maryvonne pour ton adorable message. Gros bisous à vous deux Sylvie



maryjo et cathie 11/03/2012 09:40


-bonjour petite noelle, je suis une cathie qui a attéris chez ma maman maryjo, récemment, j ais également vécu une histoire semblable à la tienne même si j étais une cathie..je t envoie mille
bisous et sache que les poupées évoluent tout le temps..bises cathie.

Swiffylyon 11/03/2012 11:31



Merci Maryjo pour ton gentil message. Tu peux faire des bisous à Cathie :o) Bon dimanche et gros bisous à toi Noëlle



Profil

  • Swiffylyon
  • Passionnées de poupées (surtout la petite en avatar). Je suis rêveuse.
J'aime écrire mais également lire. J'aime les enfans, les animaux, la mer la campagne, la photographie, l'informatique et la musique.
  • Passionnées de poupées (surtout la petite en avatar). Je suis rêveuse. J'aime écrire mais également lire. J'aime les enfans, les animaux, la mer la campagne, la photographie, l'informatique et la musique.